dhagpostory 1976, il était une fois ...

dhagpostory 1976, il était une fois ...


 

 Lama Guendune, la voix du Dharma.

 

…à  DHAGPO-KAGYU-LING  1976,  le début…

et l’Art sacré du Tibet.

...Témoignage d’un passé révolu laissant place à l’histoire de Dhagpo-Kagyu-Ling d’hier  et d’aujourd’hui, archivage non négligeable de photos, clichés pris par mon vieil appareil photo "Fugika" des années 1970. Certains textes, enseignements, et photos provenant de sources diverses: perso, don, tendrel,...alimentent ce blog tel un album de famille.

 

 

                     AVANT-PROPOS                  

L’intérêt de ce présent recueil est de partager un parcours atypique, depuis 1976 dans des centres du Dharma et de  l’apprentissage de l’Art tibétain, à travers des témoignages,  et de rencontres…

Cet ouvrage peut montrer quelques imperfections ou erreur, n’hésiter pas à en faire part via la rubrique "des commentaires".

  

                                            

                                                                                                                                     Bon voyage !

 

pour Blog.jpg

        1976 L’un des premiers disciples de Guendune 

Rimpotché, Max arriva à    Dhagpo-Kagyu-Ling en 1976. Il  résida  pendant 17 ans dans trois Centres du Dharma, donc l’un à Samyé-Ling en Ecosse et l’autre à Kundreul-Ling en Auvergne. Par le moyen de ce blog, il souhaite apporter son témoignage d’un parcours atypique, accentuer sur la vie en communauté, racontant la vie quotidienne d’une communauté, de la rudesse de cette période à la création de Dhagpo où il n’y avait rien pour 

développer le Centre, la rencontre  avec de grand Maître Tibétain, et enfin  l’étude de l’art sacré Tibétain.

 

          1978 de Dhagpo-Kagyu-Ling, il fut envoyer par Lama                Zigpen-la et Lama Guendune Rimpotché  à  Samyé-        Ling  afin d’étudier l’Art sacré du Dharma et contribué

     ainsi à la décoration du futur temple de Kundreul-Ling. Ainsi il développa largement  l’étude de la sculpture, de la décoration d’autel, et décoration picturale où il reçoit après douze années d’apprentissage, l’approbation de son maître d’art ChérabPalden-Béru de développer et transmettre l’Art traditionnel de l’école Karma-Gadri. 

 

  1990, c’est le retour en France; appeler par Guendune Rimpotché et Lama Seunam de Mahamoudra-Ling, afin de commencer les décorations du petit temple du Bost (en auvergne) et établir des ateliers.  Installé depuis 1991 jusqu’à  1993 il entreprend la création d’ateliers de décoration. Depuis il continue de réaliser quelques œuvres, comme des statues et différents supports pour la méditation, il souhaite sauvegarder  par cela l’Art traditionnel et transmettre son savoir-faire. Ce qu’il fit, en formant des personnes à la sculpture, à la peinture iconographique, dorure à la feuille et moulage. Rencontrant Denzong Norbu le peintre d’art  par excellence, le convie à travailler avec lui….

 

 2010, Installer en Dordogne près de Dhagpo Kagyu Ling il ouvre des rencontres artistiques à travers des expositions d'art du Dharma (sur la commune) et  stages de dessin iconographique au sein de Dhagpo….

 

  2013,  le cinquième souhait du 16ème karmapa arrive à sa réalisation, l’Institut de Dhagpo après plus de 30 ans d’attente est achevé, sa structure sobre, élégant, sa forme à celle du dos du Dragon gardien du Dharma et son entrée, gueule grande ouverte à l’invitation de tous les êtres à s’établir profondément dans ce lieu où toutes les activités du Dharma seront bien gardé et transmisent à tous. Le Bouddha de Sarnath représenté en posture adamantine, et son mudra de l’enseignement marque la fonction de cette institut : étude, réflexion, méditation, échange culturel et cultuel de toutes les approches inspirantes …

 

  2015,.ETC. depuis conseillé à la mairie du Moustier : mise en place à de nombreux projets en cours sur la commune du Moustier (Peyzac le Moustier), festival culturel, concert, théâtre, Grand spectacle " Son & Lumière" par l'association "les médiévales de la vézère",  démonstration et exposition d’art d’orient et d’occident, recensement et sauvegarde du petit patrimoine public et privé de la commune de Peyzac le Moustier.

 

Evénement particulier : commémoration des 40 ans de Dhagpo. Ces quarante dernières années ont vu naître le centre bouddhiste Dhagpo-Kagyu-Ling, cette année  marque une nouvelle phase dans le développement du centre. Le blog des 40 ans de Dhagpo vous parle des événements et actualités de la communauté dans cet élan vers l'avenir. Ce blog lui-même est une nouvelle aventure ! " Nos rencontres dessinent l’avenir " http://www.dhagpo.org/40/les-40-ans-de-dhagpo-lannee-des-trois-temps/

 Il citera quelques extraits de son autobiographie " parcours initiatique 1969 à 2002 " collection Archive.

 

 

logo inst.jpg

                                  L'Institut de Dhagpo-Kagyu-Ling Avril 2015.

 

Allégorie à la photographie

 

Fascination de l’intelligence de l’homme.

Rendre immobile la vie, sur une feuille blanche pour l’éternité à admirer sans vieillir,

sans changement, extase d’un moment prise au vol par inspiration, comme un artiste sur sa toile.

Par l’oeil d’un objet fascinant et magique, qui attrape la vie dans le temps.

Passé, présent et futur n’existe plus, il ne reste que la beauté d’une image figée, qui ne pense pas.

Elle paraît éclater de vie par ses couleurs et ses formes, mais en fait, elle n’est rien d’autre qu’un souvenir

éteint ; que ne cesse à jamais, le regard contemplatif de l’homme à admirer toute chose de ce monde.

Les images paraissent parler et pourtant, elles ne font que nous rappeler les instants fugitifs

et sereins d’un passé lointain, dans le silence d’une expression pourtant réelle… et illusoire de l’instant.

Ces images sont libres d’appartenir, ou non à son créateur.

Seuls les paysages, les objets et les êtres en sont les seuls dépositaires.(x)

Ceux-là déciderons du bon vouloir de leur propre existence, d’être exposé ou non à la vue de tous.

Fascination de l’intelligence de l’homme.

Sur une feuille blanche, qui attrape la vie dans le temps.

D’une image figée, qui se dévoile à admirer toute chose de ce monde.

Une réalité bien illusoire.

Sans titre 5.jpg

 

 

 

                     1..  à Dhagpo-Kagyu-Ling 1976, le début...

                       à Dhagpo-Kagyu-Ling 1976, le début...et l'Art sacré du Tibet.

                                                            Première présentation du centre tibétain,1976.

 

    2..  Art sacré du Bouddhisme tibétain.  

ArTibet.  

 

    3.. L'éthique de l'artiste.  

    L'éthique de la l'artiste.

Mon maître d'art Sherab-palden-beru, âgée de 100 ans.

 

    4.. Sagesse.  

      Sagesse 

 

    5.. Guendune Rinpotché, sa vie, son œuvre.  

Guendune Rinpotché, sa vie, son œuvre.

                                                         

    6.. De Dhagpo-Kagyu-Ling à Kundreul-Ling.   

      De Dhagpo-Kagyu-Ling à Kundreul-Ling.

 Bernard Beson, un homme heureux !

 

7.. KarmapaTcheno ! 

      Karmapa Tcheno ! 

 

    8. La cérémonie de la coiffe noire.    

La cérémonie de la coiffe noire

  

    9. Symbolisme du Logo de l'Institut.    

      Symbolisme du logo de l'institut.

 

 le début de Dhagpo 1976.

                     Archive origine: film présenté en super 8, projeté sur un drap dans l'ancien réfectoire de Dhagpo,

                         lors du visionnage il a était refilmer en caméscope de l'époque. Du super 8, il est enregistrer

en VHS et en numérique actuel, traité en noir et blanc.

 

 

                            les 40....jpg

 

 

L'éthique du  photographe dans le Dharma:

 Toutes photos  liées au Dharma  sans le consentement de la personne prise en photo , d'un groupe de personnes, de lieu ou d'objet n'appartiennent pas  à l'auteur ( le photographe) toute représentation de Lamas, de pratiquant, de temple, d'objet rituel  etc. appartiennent à toute personne pratiquante ou non, à condition que les photos ne soient pas commercialisées, sauf autorisation de la personne qui à été photographiée ou d'un responsable d'un centre du Dharma , d'un Lama qualifié. Cela ouvre une perspective d'un "Tendrel" (lien, transmission) de support de pratique, d'inspiration, de bénédiction pure. Les photos ne doivent pas être signées par l'auteur, le lieu et la date de la prise du cliché sont conseillés cela aide pour les archives. 

 

Les représentations du Dharma sculpté, peintes, ou photographié n'appartiennent pas en propre à la personne qui les a mis en oeuvre, la raison en n'est que nous ne sommes pas la source de ses représentations, seulement les dépositaires qui transmettent de main en main, de génération en génération .Les oeuvres finis sont offertes aux 3 Joyaux et à tous les êtres. Ne pas signer ses oeuvres cela mène à ne pas s'y attacher, pas d'orgueil, pas de crainte, pas de colère, pas d'artiste; ainsi l'esprit de "l'artiste" reste libre et paisible, sans souffrance, sans attente, sans peur, et l'activité continue...